Domaine oléicole bio des
"Trois Tortues
"

Péloponnèse Grèce
Marc et Evi Parmantier Siougari oléiculteurs

Les Trois Tortues: origine du nom...
Dangers agricoles pour la faune.

A la fin de notre première session de récolte automnales de 2007, nous décidons de défricher un endroit à la main pour installer un nouveau foyer et brûler les branches issues de la taille.
Les herbes retirées, ce sont Trois petites tortues qui apparaissent sur le sol. Elles nichent tranquillement à cet emplacement et se préparent à hiberner. Cette découverte est un grand moment d'émotion: Elles sont fort jolies et nous avons failli les griller : elles l'ont échappé belle.
Cela a eu pour effet pour nous de prendre en compte les risque qu'un usage aveugle des pratiques agricoles (feux et broyages) peuvent causer comme dégâts sur la faune sauvage.

   
Les trois tortues ont été mises en lieu sûr et le travail de l'oliveraie se fait désormais avec plus d'attention et de respect pour les habitants sauvages de cet endroit.

Ces tortues sont des Tortues d'Hermann Boettgeri et font partie des trois familles de tortues vivantes en Grèce. C'est en souvenir de ce moment marquant que nous avons nommé notre Oliveraie "Les Trois Tortues" .

retour à l'accueil

La première récolte des olives, début décembre 07
Récit de l'époque... Depuis, les choses ont un peu été modifiées.

Les 230 arbres de l'oliveraie ont nécessité 2 jours et demi de travail. La méthode employée est redoutablement efficace et Yorgos ci dessous fait preuve d'un sens remarquable d'organisation... Mais elle est globalement dommageable pour les arbres qui arrivent cette année au plus bas de leur production avec 1040 kg d'olives et 323 Kg d'huile pour environ 1,3 Ha planté.
Le moulin a prélevé 29 Kg pour sa rémunération et le reste a été partagé équitablement avec l'agriculteur. Restent 147 Kg dont seulement 100 Kg seront destinés à la vente.

Les branches porteuses de fruits sont coupées, une partie restant sur l'arbre pour le protéger contre le gel éventuel et éviter de tout descendre et mettre à nu l'olivier. La taille classiquement réservée au printemps se fait à ce moment, une taille légère restant pour Mars Avril. Cette taille de récolte est malheureusement très lourde pour les arbres qui sont en perte de productivité. L'enjeu sur cette oliveraie sera de trouver un bon compormis entre les techniques françaises et grecques en prenant le meilleur des deux.

L'oliveraie à cette époque d'automne est extrèmement verdoyante et contraste fortement avec son aridité estivale. La nature en Grèce fait preuve d'une vigueur étonante et contrastée tout au long des saisons.

Gaulage des branches encore en place. Pour limiter les blessures des arbres, le gaulage n'est plus employé en France .
C'est en Grèce et sur nos arbres un facteur de propagation de la bactériose de l'olivier qui est omniprésente. Nous rêvons de faire disparaître cette maladie qui néanmoins n'a que peu d'effets sur la qualité de l'huile et la santé des arbres.

Les olives tombent dans les filets qui sont d'une conception très pratique: le vent ne les entraîne pas avec lui. Il y a quelques années avant l'apparition de ce matériel, les conditions de récolte étaient difficiles : les bâches s'envolaient en renversant leur précieux contenus et tout un dispositif de lestage avec des pierres devait être mis en place par journées de grand vent avec une efficacité aléatoire.

Le battage à la machine :
les branches coupées chargées d'olives sont battues dans cette machine à peignes rotatifs. Les olives sont projetées à l'avant de la machine ce qui oblige un déploiement de filets pour récupérer les fruits volants.
 
Les feuilles et les brindilles sont rassemblées avec le râteau jaune puis battues en tas pour que tombent les dernières olives qui y sont accrochées. Puis on retire de la récolte le surplus d'éléments indésirables... et les cueilleurs. .

En soulevant les filets, les olives sont concentrées dans un même endroit en aval puis mises en sacs.

Les sacs sont remplis à raz bord puis transportés vers le moulin. Le prix du transport est fonction du nombre de sacs.

Le moulin est équipé de ce qui se fait de mieux en matière de machines.

Passage dans la chaîne, effeuillage, nettoyage des olives. Broyage des olives

Après broyage, la pâte tourne pendant une heure à 26 degrés qui est la norme de la pression à froid. La production, soit 42 sacs, tient dans 2,5 malaxeurs.

L'huile apparaît enfin ! C'est l'aboutissement d'un long parcours entrepris depuis deux ans. L'acidité est de 0,4 % ce qui la met en Vierge Extra : la qualité est là à défaut de quantité.
Cette huile ultra fraîche s’appelle AGOUROLADO : l’huile verte. Huile au goût et arômes puissants, pleine de force et de couleurs… C'est l'occasion le soir d'y tremper des tartines de pain grillées sur le feu avec le moulinier et les autres oléiculteurs.

De retour sur le terrain,les branches sont brûlées. Il est préférable de les broyer pour apporter à la terre de la matière organique qui en a bien besoin. Cette opération est désormais abandonnée

retour à l'accueil

retour sur la page d'information QR code